VERNIS China Glaze - Scattered and Tattered

Tu connais l'histoire de la meuf qui dévisse son pinceau de vernis à ongles ? Bah c'est une meuf, elle dévisse son pinceau de vernis à ongles, et elle est toute contente. Quand elle sent qu'elle est au bout du pas-de-visse, dans un geste mécanique et heureux, elle s'élance pour égoutter le liquide contre le goulot du flacon avant de se tartiner la kératine. Mais soudain. Drame. 


Elle se rend compte qu'elle n'a dévissé que le plastique autour du vrai bitoniau et que ce dernier est coincé, soudé, vantousé, coagulé, solidarisé avec le flacon. Une angoisse aussi lancinante que celle qui la saisit quand le bocal à cornichons refuse de s'ouvrir commence à l'étreindre. Elle replace comme il faut le cache en plastique, elle recommence : même résultat. Troisième essai, en tentant de serrer fort, fort, fort la prise, comme si elle allait réussir à transformer sa main en clé à molette et décoincer le tout à travers le plastique, à distance. Evidemment, ça foire.

A ce moment là, elle fait quoi la meuf ? Bah je vous dirai : ça dépend. Si c'est une gonzesse sensée, elle arrange l'épi qui était sorti de sa frange parfaite sous le coup de l'agacement et de l'effort, elle passe le revers de sa main sur son col claudine pour le défroisser et elle se dirige céans vers un robinet, position "eau chaude en masse" pour essayer de débloquer l'ouverture. Si c'est une gonzesse qui a du sang de Gipsy King et de Bernard Lavilliers dans les veines, un peu comme moi quoi, elle y va en force. "Vazy que je vais tourner de toute mes forces, il va bien se passer un truc". Oui, il se passe un truc : l'ouverture cède. Mais le capuchon se casse. Et le flacon ne pourra donc plus jamais se fermer.

C'est ce qu'il m'est arrivé récemment avec la base peel-off d'Essence que je venais pourtant d'acquérir depuis peu, grâce à la générosité déconcertante de Liloumich, fidèle et aimablissime lectrice. Au final, j'aurais eu le temps de m'en servir quatre fois seulement avant de le péter. J'suis comme les gosses : je casse mes jouets. Scattered and Tattered, deuxième vernis que je présente parmi la collection Glitz'N'Pieces, une collection entièrement réalisée en jus de robe de Mariah Carey, est donc la dernière orgie pailletée sur kératine que j'ai eu la chance de mettre en oeuvre. Depuis, ma phobie du retrait-merdique a repris le contrôle de mon cervelet et m'empêche d'utiliser les what mille vernis à paillettes qu'il me reste encore à tester... 


china glaze, scattered, tattered

China Glaze - Scattered and Tattered - 14ml
11.50 €


Utilisation :
Une ou plusieurs couches en top-coat.
Sur les photos ci-dessous, j'ai mis deux couches de blanc en dessous car l'ensemble des vernis de cette collection ont une base transparente, ils sont juste gorgés de paillettes.

Application :
(5/5)
Décidément, j'adore l'effet des vernis de cette collection : qu'on laisse venir les paillettes au pif ou qu'on tente de les arranger sous le pinceau, qu'on mette une ou plusieurs couches (cf. ci-dessous mon annulaire n'a reçu qu'une seule couche, les autres deux ou trois).

Séchage :
(5/5)
Assez rapide pour ne pas incommoder mais pas trop rapide non plus pour laisser le temps de fignoler la position des paillettes sur l'ongle. 

Rendu :
(5/5)
Je pensais que j'aimerais moins le rouge, mais je le trouve aussi chanmé que le bleu. La preuve, ça me fait parler en verlan et utiliser un mot que je pense être cool alors qu'il doit être démodé depuis plusieurs années déjà.

Retrait :
(2/5)
Sans base peel-off, j'avais testé avec son pote Bling It On, cette gamme est une abomination à retirer. 

Satisfaction : 17 / 20 


swatch, scattered, tattered


3 commentaires:

  1. Ta petite histoire m'a bien faite rigoler, je pense que beaucoup de ''meufs'' vont se reconnaître :)

    J'aime beaucoup ton nail-art au passage !

    RépondreSupprimer

Vous pouvez, en cochant la case "M'informer" recevoir par mail ma réponse à votre commentaire.